La Ruée des Fadas, 2ème édition !

Ruée des Fadas 2018

Publié le , dans Vie chez Cedreo


Il y a quelques jours, c’était l’édition 2018 de la Ruée des Fadas, à Saint-Philbert de Grandlieu, en région nantaise : un parcours de 8 kilomètres en pleine nature où se mêlent boue, traversée de rivière et escalade d’obstacles. Fidèles au rendez-vous pour la deuxième année d’affilée, nos sportifs se sont distingués ! Le tout en équipe, dans la bonne humeur… et surtout dans l’autodérision, perruques à l’appui.

Comme chez Cedreo, on aime bien les statistiques, voici la ruée des Fadas de l’équipe en quelques chiffres :

Ruée des Fadas infographie

Résumé : Les Fadas Awards de l’équipe Cedreo

Ruée des Fadas 2018

Le prix de la plus belle chute

Décerné à : Henry et Arthur

L’an dernier, c’était l’expression de Henry au moment de sa chute dans un trou de boue sans fin (ou presque) qui avait, du moins tacitement, remporté la palme. Cette année, il a voulu prétendre à nouveau au titre de grand comique de l’équipe en allant s’emplafonner contre une palissade qu’il tentait de franchir en courant.

Pour le prix de la plus belle chute, il est à la lutte avec Arthur, qui s’est illustré en tentant de se hisser sur la fameuse “planche de pompier” et qui, emporté par son élan, s’est retrouvé étalé par terre.

Le prix du flashback traumatique

Décerné à : Sandrine

La dernière fois que Sandrine avait une coiffure aussi bouclée, c’était après une permanente ratée. En voyant la perruque dont elle avait hérité pour la course, on comprend qu’à l’époque, elle en ait pleuré. Cette fois-ci, on en a bien rigolé.

Le prix de la persévérance

Décerné à : Mickaël et Thomas

Mickaël, c’était le Speedy Gonzales de l’équipe l’an dernier. Mais depuis qu’il a choisi de raccrocher les crampons de son club de foot en début d’année, sa forme en a pris un coup et il est passé de lièvre à tortue lapin moins véloce. Faute de participer à ses entraînements deux fois par semaine, il consacre désormais son temps libre à poser des pavés dans son allée et ce dimanche, ses genoux s’en sont souvenus ! Mais bien que ses ménisques fragilisés l’aient fait souffrir sur le dernier quart du parcours, il a tenu bon jusqu’à la ligne d’arrivée.

Thomas, de son côté, partait avec un handicap : une histoire de ligaments dans le genou qui seraient absents, ou du moins dans un sale état. Après avoir envisagé de se retirer de la liste de départ de peur de faire figure de “boulet”, il a été heureusement remotivé par Geoffrey et s’en est finalement tiré avec les honneurs. Pour son argumentaire apparemment imparable,Geoffrey se voit également remettre le prix du Coaching Suprême.

Le prix Ray Charles

Décerné à : Geoffrey

La Ruée des Fadas, c’est déjà pas facile. Quand on est aveuglé par une coulée de boue, ça se complique d’autant plus. L’enquête n’a pas encore réussi à déterminer si les yeux étaient véritablement atteints ou s’il s’agissait d’une habile tactique pour aller s’essuyer sur le pull d’une des bénévoles, mais dans tous les cas, Geoffrey méritait son prix d’interprétation.

Sa suggestion pour compléter son déguisement l’année prochaine : un masque ou des lunettes de plongée.

Ruée des Fadas Cedreo

Le prix du meilleur sosie

Décerné à : Mickaël

Pour son incroyable performance sous les traits d’André Agassi. Rien à ajouter, la photo se suffit à elle-même.

Le prix du nombre de bleus

Décerné à : Kim

L’avantage quand on est petite, c’est qu’on peut passer sous les obstacles sans avoir besoin de ramper. L’inconvénient, c’est que le corps de l’humain de plus de deux ans n’est pas optimisé pour le mode de déplacement répété à quatre pattes et qu’il sait le faire savoir. Résultat : un joli assortiment de bleus douloureux sur les genoux qui a persisté pendant plus d’une semaine.

Le prix de la plus belle figure de groupe

Décerné à : Thomas, Sandrine et Henry

Quel est le point commun entre le patinage artistique, le bobsleigh, le plongeon acrobatique et la natation synchronisée ? Premièrement, tous ces sports se pratiquent généralement en intérieur ou en bassin couvert. Ensuite, ce sont toutes des disciples que Thomas, Sandrine et Henry s’attachent à réinventer : de la traditionnelle bombe au plus inventif petit train, le passage dans les piscines de boue a été l’occasion de renouveler le genre.

Et maintenant ?

Notre Comité Zinzins s’est déjà dit rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures ! Et si vous comptez bien et que vous savez en prime amuser la galerie, il n’en tient qu’à vous de nous rejoindre : on vous rappelle qu’on recherche toujours notre comptable unique à toute épreuve !

Partager la publication "La Ruée des Fadas, 2ème édition !"